On parle de nous ici :

Magazine Présences - Grenoble / Janvier 2016

Article Arolle - Magazine Présences CCI Grenoble

Magazine Beaux Quartiers - Grenoble / Eté 2016

Article Beaux Quartiers

Newsletter Mon Quotidien Autrement / Juin 2016

Mon quotidien Autrement

Blog Notre touche de vert / Août 2016

https://notretouchedevert.over-blog.com/2016/08/arolle-linge-bebe-bio-francais.html

Site A Vol D'oiseau / Octobre 2016

A Vol d'Oiseau

Arolle, l'excellence pour les petits bouts

http://avoldoiseau.org/tag/arolle/

ISERE MAG - Le magazine du département de l'Isère / Janvier -Février 2017

Astrid Girard, créatrice d’Arolle à Monestier-de-Clermont

> DU BEAU LINGE BIO POUR BÉBÉ

Par Véronique Granger


Des tons tendance acidulés, des graphismes pop et modernes (sans animaux ni princesses), des matières super douillettes et anallergiques : les accessoires et linges de lit ou de toilette pour bébé griffés Arolle sont non seulement certifiés « bio » et éthiques (le label Gots garantit les conditions de travail des producteurs sur toute la chaîne). Ils sont aussi très beaux, avec pour autre particularité d’être entièrement créés et fabriqués en France à la main, à Monestier-de-Clermont, dans l’atelier artisanal d’Astrid Girard.

A 29 ans, après six ans comme chef de projet dans une entreprise de décoration prestigieuse de Villeurbanne à décorer les palaces, cette entrepreneure du Trièves, passionnée de tissu, a décidé de lancer sa propre marque, en conformité avec ses valeurs : « Le bio est souvent un peu terne. J’ai voulu apporter de la couleur et de la gaieté ! ». Si les finitions et le choix des matières (rubans, matelassages, fils…) sont dignes des grandes maisons, les prix sont ceux des marques de moyenne gamme.

Pour l’heure, Arolle propose une trentaine de modèles vendus en ligne sur son site Internet ou dans les salons en misant aussi sur les réseaux de blogueuses influentes.Et le magazine Parents va diffuser son anneau de dentition « Montessori » en bois naturel issu de forêts certifiées « développement durable ». « C’est moi qui ait cousu les 600 exemplaires à la main. Mais dès que je le pourrai, j’espère créer des emplois », assure Astrid qui espère vite voir grandir son « bébé » entreprise.

http://iseremag.fr/webzine/janvierfevrier-2017/decouvrez-astrid-antoine-fabrice-tiffany-et-les-autres